03 février 2010

Mais qu'est-ce qu'avait pu l'amener à vouloir s'en aller, c'était quoi son projet, tu t'l'es jamais demandé ?

Il s'est passé des trucs, pas mal de trucs. A peu près tout concentré sur la semaine dernière. J'ai été à 2 doigts d'être orienté vers le service "euthanasie" d'un centre médico psychologique, finalement se sera juste "prise en charge rapide". J'ai connu la pire gueule de bois de ma vie, je passe les détails. J'ai eu la confirmation qu'à priori, sauf pépin, je pars travailler et donc vivre 1 an à Berlin au mois de mai, et je me suis dit "ça a de la gueule quand même pour 1 premier vrai boulot". J'ai recommencé à travailler sur mon projet de disque "I'm too sad to tell you", et je me suis dit que les gens n'ont pas idée à quel point c'est un travail épuisant qui demande un investissement total et permanent, ou que je sois, quoi que je fasse, ça cogite. Ce qui n'empêchera pas le résultat d'être certainement franchement mauvais. Katrin au téléphone m'a parlé de contacts à Munich, Dresden, Mainz, Francfort, Chemnitz... et on a parlé de pourquoi pas faire une petite tournée en Allemagne. Katrin, merci de croire en moi, ça fait un putain de bien de compter au moins pour quelqu'un. Après avoir tenu 3 semaines sans aucun contact, j'ai fini par appeler Wiebke qui avait appris par nos amis communs que je venais à Berlin. Elle était folle de joie, elle criait que c'était génial, riait de son rire d'enfant. Même par téléphone, elle était terriblement belle. J'avais oublié à quel point c'était bon d'entendre cette putain de princesse. On a parlé pendant 2 heures, elle m'a dit qu'elle était heureuse que j'appelle, que ça faisait longtemps... Elle m'a proposé de passer mon premier week end à Berlin avec moi, je lui ai parlé d'un concert le 11 mai, elle m'a dit qu'elle allait demander à changer d'université, et si elle est acceptée là où elle veut aller, elle sera alors à à peine 1 heure de Berlin et pourra s'y rendre autant qu'elle veut et gratuitement. Je me demande si à ce moment là nous avions les mêmes pensées. Je me demande si elle a pensé qu'elle pouvait être une des raisons de ma venue en Allemagne. Je me demande si elle sait que je me force à être distant, pour ma survie, et si elle sait que je l'aime toujours autant et que les filles qui m'entourent n'existent malheureusement pas. 

Posté par Guillaume_Vertov à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mais qu'est-ce qu'avait pu l'amener à vouloir s'en aller, c'était quoi son projet, tu t'l'es jamais demandé ?

Nouveau commentaire